Dans mes livres

Pourquoi j’ai choisi d’installer mes romans dans le Sud-Ouest

Je suis née, j’ai grandi, mûri et je vis encore dans le Sud-Ouest de la France. Vous savez, cet endroit où beaucoup aiment aller en vacances, où on parle fort, où on produit les meilleurs vins du monde et où on dit « chocolatine » (parce que et puis c’est tout!). Moi, chauvine? Bon, OK, peut-être un peu. Mais reconnaissons qu’il est préférable d’aimer l’endroit où l’on vit. Et je l’aime tellement que j’ai décidé d’installer mes romans dans le Sud-Ouest. Pour plus de détails (et de photos), je vous invite à lire la suite.

La plage de la Concha, à Saint-Sébastien, présente dans Toy Boys

Parce que, pour un début, j’avais besoin d’être en terrain connu

Alors soit, un livre est censé nous faire voyager. Mais pourquoi forcément partir loin? Quand j’ai commencé l’écriture de Toy Boys, je venais de lire plusieurs romances américaines et je faisais une petite overdose de New York et Seattle. Et puis, il y avait un détail non négligeable : pour mon premier roman, si je ne savais pas du tout où je mettais les pieds en rédigeant les premières lignes dans mon fichier Word, j’aimais autant connaître les endroits où mes personnages mettraient les leurs.

Ainsi donc, l’intrigue de Toy Boys débute à Bordeaux et se termine dans le Pays basque, en faisant quelques déplacements vers Agen, la capitale Lot-et-Garonnaise. Des endroits que j’aime et que je pourrais décrire à la touffe d’herbe près, pour certains. Ainsi, pour moi qui envisage les livres que je lis comme des films, les plans-séquences de mon premier roman pouvaient se dessiner avec facilité dans ma tête.

La rue des Cornières, à Agen, présente dans Toy Boys : Dans nos mémoires

Parce que je pensais innover

Comme dit plus haut, quand j’ai commencé à écrire, je n’avais lu que peu de romances et toutes se déroulant aux States. C’est alors que mon cerveau a fait un raccourci hasardeux : si les romances se passent toutes aux Etats-Unis, autant casser les codes en écrivant une romance bien française, pour mon futur lectorat frenchie. J’ai compris rapidement que d’autres l’avaient fait avant moi (comme mon amie Erika Boyer ou Amanda Bayle et sa trilogie Les Joueurs du Ru). Mais cela avait peu d’importance, car j’allais vite découvrir que situer mes romans dans le Sud-Ouest répondait à une demande.

En dédicace, c’est un point qui est revenu souvent, quand je faisais la promotion de Toy Boys. Les gens qui s’approchaient par curiosité étaient surpris et enthousiastes à l’idée de lire un roman se déroulant « chez eux ». Ceux qui l’avaient déjà lu me parlaient (et me parlent encore) des endroits qu’ils connaissent bien et de leur plaisir d’y accompagner Eléa. Et puis, il y a eu ces personnes venant des trois autres coins de France qui m’ont remerciée de leur avoir fait découvrir une région qu’ils ne connaissaient pas ou peu. Finalement, j’ai bien fait de ne surtout pas lâcher mon idée.

La Fontaine aux Girondins, à Bordeaux, présente dans Toy Boys
(crédit photo: Lucie Lahannier via Pixabay)

Parce que c’est beau, chez moi!

Vous vous doutiez bien que ce paragraphe arriverait 😉 Et s’il est vrai que parler de ma région à tendance à faire ressortir mon côté chauvin, je suis sûre que vous ne me contredirez pas en lisant les prochaines phrases.

Un couple enlacé, en bord de Garonne, avec la Lune qui se reflète à la surface du fleuve, c’est poétique. Se promener dans Bordeaux est aussi romantique qu’une balade dans n’importe quelle capitale européenne. Les plages de l’Atlantique ont ce je ne sais quoi de sauvage qui attise les émotions. Les montagnes des Pyrénées révèlent leurs trésors à qui veut bien les chercher.

Je terminerai sur cette note: même si ce simple mot nous divise, avouez que c’est toujours agréable d’imaginer la boulangère vous dire, avec l’accent: « Vous prendrez quoi avec votre chocolatine? » (à ce propos, je me suis auto-défiée d’introduire le mot Chocolatine, dans chacun de mes romans. Pour l’instant, je tiens 😉 )

Vous savez désormais pourquoi j’implante mes romans dans le Sud-Ouest. Je me dis que si je m’y sens bien, il ne peut qu’en aller de même pour mes personnages et les lecteurs qui suivent leurs aventures. Ainsi, après Bordeaux, Agen et le Pays Basque dans Toy Boys et l’ajout de l’Ariège dans Toy Boys : Dans nos mémoires, j’ai hâte de vous amener à Arcachon avec le tome compagnon sur Clarisse et à Mimizan dans Que serait Noël sans un éclat de Krystal.

Quelques auteurs du cru à découvrir:

-Laure Rollier, avec Hâte-toi de vivre qui se passe à Agen

Cécile Briomet, avec Sous le soleil de Biarritz et Le sang des Insignis, une saga dystopique implantée dans le Pays basque.

Erika Boyer, dont une grande partie des romans se déroule dans le Sud-Ouest

Et si vous vous inscriviez à mon infolettre?

Des exclusivités, du contenu participatif, des échanges sérieux et d'autres beaucoup moins... L'infolettre (aussi appelée newsletter) est un véritable lien privilégié entre toi et moi.

3 commentaires

  • Hossin ingrid

    Tres belle région que le sud ouest 🙂 je ne connais pas tout mais quelques endroits Biarritz les Pyrénées j allais à Argeles en vacances quand j etais jeune…Bordeaux je connais aussi…j adore l accent déjà dit 🤣 et Arcachon dans ton roman de Noël je connais très bien. Sinon je vis aussi dans 1 belle région où on mange des pains au chocolat 😂 bonne soirée 😘

  • BATIFOULIER

    J’ai dans le passé côtoyer quelqu’un qui vivait dans le Médoc. J’ai été plusieurs fois à Bordeaux et j’aime bien cette ville ! On compte y aller avec ghislain pour du tourisme bientôt 🥰

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *